Accueil | Contactez-nous | Lieux de culte | Agenda

tarn0519Lorsque la Bible indique que Dieu forma l'homme de la poussière du sol (Genèse 2,7), ce n'est pas pour faire penser que Dieu serait semblable à un potier qui aurait pétri un peu de glaise pour obtenir le premier être humain. C'est pour dire que la nature est notre nature.

Ce texte de la Bible a été écrit en hébreu. Dans cette langue, l'homme se dit « adam ». C'est d'ailleurs ainsi que le premier homme sera nommé, c'est ce mot qui est utilisé dans ce verset. Le sol dont il est question se dit « adamah ». Il est dommage que nos traductions ne puissent pas attirer notre attention sur cette relation. Nous ferions mieux de traduire par « Dieu forma l'humanité à partir de la poussière de l'humus ». Cela indiquerait mieux que, selon le rédacteur biblique, nous sommes profondément solidaires de notre environnement. La nature qui nous entoure est comme notre peau. Toute agression faite à la nature est une agression faite contre l'humanité. Nous le ressentons bien quand l'air est pollué, nous nous en rendons moins compte lorsque c'est le cas de l'eau ou du sol. Pourtant, tout cet environnement n'est pas seulement un écrin dans lequel nous avons été placés. C'est la matière première dont nous sommes faits. Le réel, le point de vue divin, est que nous sommes faits de ce qu'est la nature, l'environnement. C'est la raison pour laquelle nous prenons soin de cet environnement, de la création. C'est aussi une manière de nous aimer et d'aimer notre prochain.

La responsabilité écologique est une manière d'accomplir le commandement de l'amour auquel la Bible nous appelle.

James Woody

L'Église Protestante Unie de Montpellier & Agglomération n'est pas fermée pendant l'été 2019 ! Trouvez plus d'information ici.


Nos derniers articles en relation avec Dieu