Accueil | Contactez-nous | Lieux de culte | Agenda

Syméon Pierre, esclave et apôtre de Jésus-Christ, à ceux qui ont reçu en partage une foi de même prix que la nôtre, par la justice de notre Dieu et Sauveur Jésus-Christ : Que la grâce et la paix vous soient multipliées par la connaissance de Dieu et de Jésus, notre Seigneur !

Ce n’est pas, en effet, en suivant des fables habilement conçues que nous vous avons fait connaître la puissance et l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ, mais parce que nous avons été témoins oculaires de sa grandeur ; car il a reçu honneur et gloire de Dieu, le Père, quand la voix vint à lui de la gloire magnifique : « Mon Fils bien-aimé, c’est lui ; c’est en lui que, moi, j’ai pris plaisir. » Nous avons nous-mêmes entendu cette voix venue du ciel lorsque nous étions avec lui sur la montagne sacrée. Et nous estimons d’autant plus ferme la parole prophétique, à laquelle vous faites bien de prêter attention comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu’à ce que le jour commence à poindre et que l’étoile du matin se lève dans votre cœur. Vous savez, avant tout, qu’aucun message de prophète, dans l’Ecriture, ne relève d’une interprétation particulière. En effet, aucun message de prophète n’a jamais été apporté par une volonté humaine : c’est portés par l’Esprit saint que des humains ont parlé de la part de Dieu.

2 Pierre 1, 1-2, puis 16-21 (nouvelle bible Segond)

lob 190120 21. L’autre jour, j’ai été confronté à un ado s’exerçant avec son instrument de musique. Le son sortant de cet instrument révélait combien cet ado jouait sans vraiment s’impliquer.  Oui, la manière dont il s’exerçait révélait combien cet ado agissait, non pas parce qu’il était impliqué personnellement, intimement dans sa pratique, mais parce qu’il était poussé de l’extérieur à le faire.  De toute évidence, une relation intime entre l’instrument, la musique et cet ado n’était pas encore établie. Le déclic n’avait pas encore eu lieu. L’élève jouait, sans que semble-t-il, la musique l’éveille et le nourrisse. Entre l’instrument, la musique et sa vie, il semblait y avoir comme des cloisons. Ces trois mondes étaient comme trois blocs posés à côté les uns des autres. Ils n’étaient pas encore reliés les uns aux autres, entre eux la vie ne semblait pas circuler. 

Alors que je m’apprêtais à intervenir et faire une remarque à cet ado, un autre adulte me retient et me dit : « laisse faire, au moins il exerce sa pratique, il joue de son instrument. Pour l’instant, c’est l’essentiel. Un jour en jouant, il aura le déclic. D’ici là, l’enjeu est plutôt de l’encourager à continuer de jouer ! » 

2. Espérer le déclic, avoir confiance qu’il peut survenir  en attendant encourager à continuer la pratique…je perçois  un état d’esprit similaire chez l’écrivain de la deuxième lettre de Pierre lorsqu’il écrit :   

« Vous faites bien de prêter attention à la parole prophétique comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu’à ce que le jour commence à poindre et que l’étoile du matin se lève dans votre coeur. » 

Un verset où l’auteur de la 2 lettre de Pierre encourage ses lecteurs à continuer leur bonne pratique de prêter attention à la parole. Et non seulement il les encourage à cette bonne pratique, mais il leur rappelle sous forme de métaphore la promesse contenue dans cette pratique : oui, vous faites bien de prêter attention à la parole, car à un moment donné l’étoile du matin se lèvera dans votre coeur. 

Dressons l’oreille, - voulez-vous bien ? - car en méditant  ce verset et en nous imprégnant de l’état d’esprit qu’il contient nous pouvons recevoir une sève qui nous permet d’aborder avec confiance et espérance les relations éducatives que nous tissons avec les enfants, les petits enfants, les élèves et les catéchumènes qui nous sont confiés. 

3. Oui, de la sève nous est donnée, lorsque nous réalisons la relation que l’écrivain tisse avec ses lecteurs. 

Au premier verset de cette lettre, l’écrivain reconnait que ses lecteurs ont  « reçu une foi de même prix » que celle qui l’anime. L’écrivain reconnaît qu’entre eux et lui, la foi peut avoir des nuances et des modalités différentes. Il n’empêche  ! Elle est de même valeur. 

En reconnaissant que ses lecteurs ont reçu une foi de même prix, notre écrivain reconnaît que ses lecteurs sont habités par une authentique curiosité pour tout ce qui touche à la spiritualité, peut-être selon des modalités et des nuances différentes que sa curiosité à lui, mais qu’importe !  Ils ont reçu de la foi, c’est cela qui est essentiel.

C’est parce que notre écrivain s’ancre dans cette conviction qu’il peut s’adresser à ses lecteurs comme il le fait. 

Car en lisant la lettre, nous comprenons de suite que ses lecteurs s’ils ont reçu de la foi, ils n’en sont pas encore arrivé à trouver un moyen pour relier de manière dynamisante les connaissances qu’ils ont emmagasinée sur Dieu et Jésus Christ, leur vie de tous les jours et cette foi.  Sur bien des points, ces lecteurs étaient comme notre ado de tout à l’heure. Ils faisaient leur gamme, sans que le son qui sortaient de leur instrument révèle toute les potentialités de la musique… 

Percevant cela, notre écrivain de la deuxième lettre de Pierre aurait très bien reprendre ses lecteurs en les dissuadant de s’atteler à des choses trop compliquées pour eux. Il aurait aussi pu les reprendre en pointant tout ce qu’ils faisaient certes avec ardeur, mais mal. Il aurait pu vouloir les corriger et de manière un peu moralisante, leur dire qu’il ne fallait pas aborder la lecture des Écritures de cette façon, mais de cette autre façon. Oui, notre écrivain aurait pu entrer ainsi en relation avec ses lecteurs…

Au lieu de cela, le voilà qu’il leur écrit en disant :

« Vous faites bien de prêter attention à la parole prophétique comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu’à ce que le jour commence à poindre et que l’étoile du matin se lève dans votre coeur. » 

Au lieu de critiquer de manière moralisante,  il leur dit « vous faites bien ». En disant cela, notre écrivain prend appui sur ce que ses lecteurs font déjà, tant pis s’ils ne le font pas encore de manière accomplie, et il les encourage à continuer jusqu’à qu’ils aient le déclic, jusqu’à ce que l’étoile du matin se lève dans leur coeur. 

Ainsi méditer ce verset, c’est laisser une telle pédagogie nous interroger. Comment entrons-nous en relation avec ceux qui nous sont confiés comme comme enfants, comme petits enfants, comme élèves, comme catéchumènes, comme nouveau et jeunes collaborateurs ?  

Reconnaissons-nous qu’ils ont reçu une foi de même prix que la nôtre ? Prenons-nous le temps de leur dire «  vous faites bien » ? D’ailleurs pour quelle bonne pratique aurions-nous envie de leur dire «  vous faites bien » ? 

lob 190120 14. Oui, aux pasteurs, aux enseignants, aux parents et grands-parents de la sève, nous est aussi donnée lorsque nous nous arrêtons auprès du souhait qu’exprime l’écrivain de notre deuxième lettre de Pierre pour ses lecteurs. Un souhait qui se trouve au chapitre premier, au verset 2 : «  que la grâce ( qui pourrait aussi se traduire par la joie) et la paix vous soient multipliées par la connaissance de Dieu et de Jésus notre Seigneur ». 

Un souhait positif et plein de bienveillance ! Qu’entre leur vie et  le bagage de connaissance que ses lecteurs auront rassemblé sur Dieu et sur Jésus de Nazareth qu’une relation dynamisante et vivifiante puisse se tisser au point que soient multipliées en eux et autour d’eux la grâce, la joie et la paix. 

Dans ce souhait, j’entends le désir que leur existence ne soit pas compartimentée.  Qu’entre ce qu’ils connaissent et ce qu’ils vivent, il n’y ait pas de cloison étanche, mais que leur vie devienne un corps vivant  où les différents mondes sont reliés entre elle de manière organique et vivifiante.   

Si ce souhait est là, n’est-ce pas parce qu’il n’est pas du tout évident  ? Oui, il n’est pas du tout évident qu’entre les différents mondes de nos vies, une telle relation dynamisante se tisse. Il n’est pas du tout évident que, dans nos vies, le monde de la connaissance de Dieu et de Jésus et d’autre part le monde de la vie personnelle soient reliés de manière à produire la multiplication de la grâce, de la joie et de la paix ! 

Souvent dans nos vies, le bagage de  connaissances qu’on nous a enseigné sur la bible, sur Dieu et sur Jésus semble être inerte. Nous savons comment la bible est structurée, nous avons une connaissance des différents textes qu’elle contient, sans que ce bagage produise en nous la multiplication de la grâce, la joie et la paix. 

Mais cela n’est pas que le propre de la vie de foi. Dans notre vie de tous les jours, nous pouvons être confrontés à cette expérience de cloisonnement. Nous avons accumulé un bagage de connaissances nous permettant d’exercer un métier, sans que ces connaissances et cette pratique de notre métier ne soient reliées à notre vécu au point de  produire  en nous la multiplication de la grâce, la joie et la paix.  

Du coup, au lieu que nous traversions nos journées, nos semaines et nos mois en étant comme alimentés par ce que nous faisons, nous avançons en serrant les dents, en accumulant de la frustration et  en attendant que survienne le moment de pouvoir faire autre chose. 

Donc, je trouve que le souhait exprimé par l’écrivain de la deuxième lettre de Pierre, loin d’être un voeux pieux, attire notre attention sur un enjeu fondamental de notre vie de foi et de notre vie tout court : que nous, pasteurs, parents, enseignants, nous n’avancions pas en âge simplement en accumulant les connaissances et en développant une vie cloisonnée. 

Mais que nous saisissions ce souhait de l’écrivain de la deuxième lettre de Pierre et qu’à notre mesure nous l’incarnions, que nous prenions le temps pour faire le point dans notre vie et que  nous laissions une relation intime se tisser entre les connaissances et notre vécu au point que les choses s’ordonnent de manière à ce que les connaissances irriguent notre vécu et que notre vécu affine nos connaissances. 

C’est en vivant ce souhait à notre niveau que nous ouvrirons la voie et que nous donnerons l’autorisation à nos enfants, élèves et catéchumènes l’occasion, voir même l’envie de faire de même ! 

Pour que nos jeunes vivent un déclic, prenons le temps de laisser les différentes parties de nos vies être reliées intimement  !

lob 190120 35. Finalement, de la sève nous est donnée à nous parents, enseignants et pasteurs, lorsque nous réalisons que le but de tout ce que nous apprenons n’est pas d’accumuler des savoirs, mais pour reprendre une métaphore utilisée par l’écrivain de la deuxième lettre de Pierre, le but est que « l’étoile du matin se lève dans notre coeur. »

Même s’il parle de l’importance d’avoir la connaissance de Dieu et de Jésus Christ notre Seigneur, je crois que pour cet écrivain, le but n’est pas d’en savoir toujours plus sur Dieu et sur Jésus-Christ. L’enjeu est autre : en développant des connaissances, cet écrivain encourage ses lecteurs à être attentif à ce que ces lectures éveillent en eux. 

Il les encourage à être attentif à ce supplément d’âme qui se dépose en eux lorsqu’ils développent leur connaissance sur Dieu en lisant un bon bouquin de spiritualité ou de théologie. Oui, il les encourage à être attentif à ces moments où pendant la lecture, tout à coup nous sommes saisis par un  éclat de sens, par un mot savoureux qui nous révèle une nouvelle facette de la vie. A ce moment là, c’est comme si l’étoile du matin se levait dans notre coeur ! 

Quand l’étoile du matin se lève dans nos coeurs, alors la connaissance de Dieu et de Jésus-Christ n’est plus une enfilade d’affirmation doctrinale. Mais cette connaissance se relie intimement à notre vécu, devient une nourriture alimentant notre être profond, notre âme, au point de nous révéler comment organiser notre vie de manière à ce que les différentes parties de notre existence ne soient plus disparates, mais deviennent un ensemble organique multipliant en nous la joie, la grâce et la paix.

S’il n’y a pas besoin d’accumuler un savoir encyclopédique, c’est parce que lorsque l’étoile du matin se lève dans notre coeur, plus besoin d’aller plus loin dans notre pratique de connaître et de lire. Il nous suffit de nous arrêter et de savourer ce moment de grâce. Il nous suffit de nous imprégner et de nous nourrir de ce moment. Parfois nous pouvons vivre des mois grâce à toute la nourriture qui nous est donnée dans ces instants. 

Souvent, la connaissance nous laisse insatisfaits. Plus nous connaissons, plus nous réalisons que nous ne savons rien et plus nous avons envie d’en savoir plus. C’est pourquoi poursuivre le but d’accumuler des connaissances, c’est poursuivre un objectif qui finalement nous laisse frustré, sec et creux.

Pour éviter cela, il vaut mieux en approfondissant nos connaissances orienter notre attention vers un objectif qui peu à peu nous édifie intérieurement et nous laisse sur la langue une saveur de gratitude. 

6. « Vous faites bien de prêter attention à la parole prophétique comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu’à ce que le jour commence à poindre et que l’étoile du matin se lève dans votre coeur. » 

Laissons la sève contenue dans cette parole biblique nous rejoindre, alors au coeur de nos pratique, en orientant notre attention vers l’étoile du matin qui se lève dans notre coeur, nous ne cultiverons pas la frustration, mais  avec les générations montantes qui nous sont confiées, nous multiplierons la joie, la grâce et la paix. 

Amen

Luc-Olivier Bosset, le 19 janvier 2020 à Cournonterral
Crédit images: unsplash

 


Nos derniers articles en relation avec Dieu