Accueil | Contactez-nous | Lieux de culte | Agenda

Culte du 19 décembre 2020 de l'Église Protestante Unie de Montpellier & Agglomération enregistré au Centre Œcuménique à Jacou. 

 

ombre qui couvreVous pouvez voir le culte ici (le texte de la liturgie et cellui de la prédication suivent sous la vidéo)

 

MUSIQUE d’OUVERTURE : « Dieu ma fête » de Noël Colombier

Salutation

Bienvenue à chacun et chacune de vous pour ce temps de culte, chacun chez soi mais dans cette parole qui nous accueille ensemble :

La Grâce et la Paix nous sont données de la part de Celui qui est, qui était et qui vient ! Au début, avant les temps, avant les gens, avant le commencement du monde,

DIEU ETAIT

Ici et maintenant
Parmi nous à nos côtés,
Entraînant les peuples de la terre
Dans les projets du ciel

DIEU EST

Dans l’avenir
Quand nous serons retournés à la poussière
Quand tout ce que nous connaissons aura trouvé son accomplissement

DIEU SERA

Non pour se détacher du monde mais pour s’en réjouir,
Non pour condamner le monde, mais pour le libéré
En Jésus-Christ
Par la puissance de l’Esprit saint

DIEU ETAIT

DIEU EST

DIEU SERA

 

Chant : « Aube nouvelle » les strophes 1 et 3

ALLELUIA  31-14. ARC En CIEL 301

Aube nouvelle dans notre nuit

  1. Aube nouvelle dans notre nuit,
    pour sauver son peuple, Dieu va venir.
    Joie pour les pauvres, fête aujourd’hui :
    Il faut préparer la route au Seigneur. (bis)
  1. Terre nouvelle, monde nouveau,
    Pour sauver son peuple, Dieu va venir.
    Paix sur la terre, ciel parmi nous :
    Il faut préparer la route au Seigneur. (bis)

(Michel Scouarnec *1934; © Studio SM, c/o SECLI 09/002, Abbaye Sainte Scholastique, F-81110 Dourgne)

 

Louange

de Jacques Juillard, adaptée.

C'est vrai, le grand matin n'est pas encore venu.
C'est encore le chant de la nuit,
le chant des veilleurs qui appellent l'aurore.
Mais déjà,
danse en nous la lumière,
déjà,
le chant de l'aube habite nos silences
Loué sois-Tu notre Dieu pour cette lumière qui tremble en nous !.
Entonnons le chant des veilleurs qui voient plus loin que la nuit,
qui bâtissent leur vie sur leur rêve,
qui sont déjà d'ailleurs et de plus loin,
du Royaume d'amour sans fin (…) Loué sois-Tu !
Tu nous as donné de plonger dans ces profondeurs
Et retrouver  l'élan de vivre sans dormir,
d'ouvrir grand les yeux, même au coeur de la nuit.
Loué sois-Tu de poser des balises d’Espérance sur nos chemins !

Loué sois-tu Jésus-Christ, d’avoir ouvert pour nous et avant nous le temps des veilleurs,
Porte-flambeaux de l’Evangile,
Qui voient l’aurore au loin et qui chantent !

 

Chant : « Après la longue attente »

ALLELUIA 31-04. ARC EN CIEL 302

Après la longue attente

  1. Après la longue attente,
    Après le rude hiver,
    La nouvelle éclatante
    Ebranle l’univers.
    Fini le dur tourment,
    Le Messie va paraître,
    L’annonce des prophètes
    S’accomplit maintenant.
  1. Les humbles de la terre,
    Les pauvres du Seigneur
    Pourront lever la tête
    Et réjouir leur cœur.
    L’amour de Dieu s’étend
    Sur tous ceux qui le craignent,
    La splendeur de son règne
    Eclaire les vivants.
  1. O Seigneur, ta puissance
    Nous soutient chaque jour,
    Eveillant l’espérance
    De ton prochain retour.
    Le désespoir n’est plus
    Car ta bonté fidèle
    Est la vie éternelle :
    Oh ! viens, Seigneur Jésus !

(Frère Pierre-Etienne *1922; © Fédération protestante de France, c/o Editions Olivétan, BP 4464, F-69241 LYON Cedex 04)

  

Prière de Repentance et annonce du Pardon

Seigneur, je le crois :
tu es venu nous rejoindre au fond de nos abîmes,
tu es venu partager
nos désespérances et ta résurrection,
tu es entré dans nos tombeaux
pour nous en faire sortir.

Et pourtant, Seigneur, malgré cela
je cherche trop souvent
à attirer la lumière sur moi et à briller aux yeux de mes contemporains ;
j’essaie trop souvent
de chasser les ténèbres par mes propres forces ;
et je réjouis parfois
de l’obscurité dans laquelle mon prochain tombe et se blesse.

Maintenant,
dans l’impasse où je suis,
je vais t'accueillir
et je veux me laisser tirer vers ta vie.

Je te le demande :
toi qui me rejoins,
tire-moi vers toi,
car je veux vivre.

Je crois, Seigneur.
 Viens à mon secours.

Amen

Brève musicale : chant de Taizé « la ténèbre n’est point ténèbre »

Quand nous te cherchons Dieu très haut,
tu es avec nous, très bas.
Tu nous rejoins là
où personne d'autre que toi,
ne peut nous rejoindre,
tu nous entraînes là
où personne d'autre que toi
ne peut nous entraîner.

Alors Seigneur, je te prie :
Entre dans la danse
Entre dans la nuit
Avance ton pas
Pour ce qui vient.

Tu me trouveras là
où brille ta misère
où se cachent tes pleurs
c'est là que je me tiens
c'est là que je veux me tenir.

Quand l'étouffement domine
Tu me sentiras passer par la brise
Tu me verras fissurer tes angoisses
Je serai ce souffle qui passe au travers des ombres

Alors le Seigneur me dit,
Entre dans la danse
entre dans la nuit
viens poser ce que tu es
viens puiser ce que je suis

Amen

 

Volonté de Dieu

Ecoutons la volonté de Dieu à travers ce chant : « Fais briller ta vie»

Refrain : Fais briller ta vie !
tu seras un signe pour tes frères.
fais briller ta vie !
tu seras lumière sur la terre.

1.Partage ton pain avec celui qui a faim,
Accueille chez toi le malheureux.
Partage ta vie en marchant sur le chemin,
Tu pourras vraiment être heureux. Refr.

2.Dépasse tes peurs, le Seigneur est avec toi,
Ouvre-lui ton coeur et ton esprit.
Dépasse les murs, le monde a besoin de toi,
Tu découvriras la vraie vie. Refr.

3.Écoute la voix de Jésus ressuscité,
Laisse-toi guider par son amour.
Écoute le cri des petits, des mal-aimés,
Tu seras vivant pour toujours ! Refr.

(Grzybowski/ADF-Musique)

 

Prière d’épiclèse

Au moment d’ouvrir les Ecritures, nous prions :
SEIGNEUR, au milieu de nos voix
Fais passer la tienne
Comme un chemin de souffle,
De liberté et de volonté
Pour nos vies, maintenant.

Amen

 

Lectures bibliques 

 

Esaïe 60,1-2 (T.O.B)

1 Mets-toi debout et deviens lumière, car elle arrive, ta lumière : la gloire du SEIGNEUR sur toi s’est levée.
2 Voici qu’en effet les ténèbres couvrent la terre et un brouillard, les cités, mais sur toi le SEIGNEUR va se lever et sa gloire, sur toi, est en vue

Luc 1,26-35 (NBS)

26 (Au sixième mois), l'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée du nom de Nazareth, 
27chez une vierge fiancée à un homme du nom de Joseph, de la maison de David ; le nom de la vierge était Marie. 
28 Il entra chez elle et dit : Réjouis-toi, toi qui es comblée par la grâce ; le Seigneur est avec toi. 
29 Très troublée par cette parole, elle se demandait ce que pouvait bien signifier une telle salutation. 
30 L'ange lui dit :  N'aie pas peur, Marie ; car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.
31 Tu vas être enceinte ; tu mettras au monde un fils et tu l'appelleras du nom de Jésus.
32 Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père.
33 Il régnera pour toujours sur la maison de Jacob ;  son règne n'aura pas de fin.
34 Marie dit à l'ange : Comment cela se produira-t-il, puisque je n'ai pas de relations avec un homme ? 
35 L'ange lui répondit : L'Esprit saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. C'est pourquoi l'enfant qui naîtra sera saint ; il sera appelé Fils de Dieu.

 

sw191220 2Prédication

Introduction : ombre lumineuse

Faut-il avoir peur de Son ombre? De la Sienne pas de la nôtre. De l’ombre de Dieu.  Je vous propose de revenir sur la question après un voyage à travers les deux textes que nous avons entendus.

 A cette heure, nous avançons vers le solstice d’hiver, vers les nuits les plus longues et les jours les plus courts. Dans ces temps de l’Avent nous parlons aussi beaucoup de lumière parce qu’il fait sombre, et ces textes bibliques peuvent arriver à point pour nous éveiller à chercher et reconnaître/ ce qui fait lumière au milieu de l’ombre, au milieu des ténèbres pas seulement celles du ciel mais aussi celles de la terre, au sens figuré, ce qui est sombre dans nos vies personnelles et collectives.

En fait, ces textes bibliques (comme tout texte biblique d’ailleurs) prennent au sérieux nos réalités humaines pour les ouvrir à une autre dimension qu’on pourrait dire poétique et qui en fait habite déjà la réalité de notre présent. La poésie c’est ces moments où la conscience s’ouvre, regarde, écoute avec une intensité  toute neuve. (Jean Onimus, « PHILIPPE JACCOTTET une poétique de l’insaisissable)

Au nom de Dieu, le prophète Esaïe s’adresse à un peuple, à un collectif d’exilés. On a l’impression d’une vue d’en haut sur un collectif éparpillé au milieu des populations des cités. Dans l’évangile de Luc, au nom de Dieu/ l’ange Gabriel s’adresse à une seule personne, une seule jeune fille, présentée par son seul prénom Marie et son fiancé Joseph.

Paroles d’Esaïe et paroles de l’évangile de Luc, il y a comme un zoom, un focus pour faire lumière sur des réalités qui ne se voient pas ou pas encore mais qui viennent.

Esaïe ou faire lumière sur les invisibles, portraits arrachés aux ténèbres

Dans les paroles du prophète Esaïe, la lumière est quasi dans tous les verbes comme un mouvement que rien ne peut arrêter et certainement pas les obscurités ou les ténèbres. En fait, la lumière se tisse, s’entremêle aux ténèbres et à l’obscurité comme chair et souffle.

Dans ces paroles d’Esaïe, la lumière n’est pas celle qui éclaire mais celle qui révèle, qui dévoile et ici elle dévoile quand tout est brouillard. Cette lumière est assimilée à « la gloire » du Seigneur. La gloire du Seigneur est cette présence qui donne poids, importance et donc éclat à ce qui ne saute pas aux yeux, à ce qui n’est pas dans les apparences, dans la visibilité immédiate.

La gloire du Seigneur ou sa présence fait donc lumière sur les invisibles, donne force et éclat à ce qui est petit ou insignifiant. La lumière ou la gloire de Dieu se manifeste dans la puissance d’une parole qui dit : « Lève-toi, deviens lumière » donc une parole qui tire, attire, relève/ et donne confiance.//

Le brouillard sur les cités c’est une des traductions de ce passage et j’aime bien cette traduction. Peut-être parce que j’habite une cité. Les paroles d’Esaïe nous disent qu’aujourd’hui encore Dieu fait lumière sur les invisibles dans les cités et il leur donne éclat.

Dans notre société, dans notre ville, notre cité, les invisibles sont les migrants et les précaires, ceux qui n’ont rien à raconter aux journaux car leur vie chaque jour est faite de survie. Et cette survie prend tout leur temps, leur dignité, leur beauté et leurs efforts.

Ce sont les hommes et les femmes qui attendent derrière les portes vitrées l’ouverture pour les petits déjeuners (de Babel Café), qui attendent l’ouverture engourdis dans le froid du matin. C’est cette petite fille proprette avec des couettes bien faites sortie de sa nuit sous la tente, dans la rue (de Brueys).

Ce sont tous ces fatigués qui attendent leur tour pour les distributions alimentaires, cette femme qui vient chercher la part familiale pour deux semaines et qui vient sans sourire, et ne s’attarde pas, emmitouflée,  cachée plus qu’envoilée.

Sur ces fatigués quasi invisibles, Dieu fait lumière, Dieu vient les couvrir et les réchauffer d’une parole : lève toi, tu es lumière car tu as, sur toi, l’éclat de ceux qui sont aimés de Dieu. Autant dire que cette parole-éclat n’est pas très apparente et pourtant elle est. Et il nous est demandé de la deviner dans ce qui ne paie pas de mine.

Dans le brouillard des cités rien ne laisse pressentir la gloire ou la lumière de Dieu ; on ne peut pas l’annoncer, parce qu’elle surgit et à nous de la cueillir et de la recevoir en un instant,/ sur un visage. Dans le brouillard des cités, Dieu nous dit : les invisibles sont porteurs de ma lumière et de mon éclat. Ils se lèvent et ils viennent vers vous.

Dans les paroles d’Esaïe il y a le brouillard sur les cités ou l’obscurité sur les populations mais avant, il  y a les ténèbres qui couvrent la terre.

Ce n’est pas la même chose, le même mot, la même obscurité.  Ces ténèbres qui couvrent la terre ressemblent tellement aux ténèbres primordiales d’après le récit de la Genèse, ces ténèbres d’avant la création du monde, ces ténèbres juste avant le surgissement de la parole de Dieu. Le prophète Esaïe avant même le brouillard sur les peuples, nous rend attentif aux ténèbres qui en fait,/ annoncent une nouvelle naissance, une création nouvelle, un nouveau monde.

Dieu ne sait faire que surgir on dirait, et quand il entre, par l’ange Gabriel chez Marie de Nazareth, en fait/il est fidèle à sa façon d’agir, même si les formes changent. Il va plus loin dans la familiarité.

sw191220 3Évangile de Luc. Marie la Vive couverte et protégée par l’ombre de l’Esprit.

 « Salut ! Réjouis toi, toi la remplie de grâce, tu as de la chance le Seigneur est avec toi ! ».  Le texte nous dit que Marie est traversée par le trouble, les questions, les débats d’un dialogue intérieur… Marie s’interroge sur le sens, sur le pourquoi une telle familiarité, avec un ange qui lui dit « salut » presque une tape sur son épaule. Et l’ange lui dit : « N’aie pas peur » « T’inquiète pas »

C’est pas fait pour rassurer ! Je ne sais pas vous mais moi si un médecin me dit « ne vous inquiétez pas » justement je commence à me poser de sérieuses questions. Ou si vous êtes parent et que votre ado(lescent) vous dit : « T’inquiète je gère », ça ne vous rassure pas du tout sur l’embrouille qui doit être éclaircie.

C’est exactement ce que dit le messager de Dieu à Marie. T’inquiète ! Voilà ce qui va t’arriver. Et le messager laisse tomber un suivi de grossesse et le faire part d’une naissance, tout cela …comme un film en accéléré et/… avec emphase. Parce que l’ange est lyrique. Mais Marie/ est pratique.  Le contraste est évident.

Après s’être demandé « pourquoi » une telle familiarité, Marie se demande « comment » elle serait enceinte sans connaître d’homme.

Je ne sais pas ce que Marie cherche à savoir ou à faire dire, mais l’ange/ répond.

Et parce que c’est une réponse de Dieu par la bouche de l‘ange, c’est une réponse à côté de la question. Pas sur le « comment » jamais sur le « comment » mais sur le caractère ultime, sur la vraie identité de cet enfant, la vraie destination, sur ce qui ne sera évident pour personne.  L’ange répète ce qu’il a dit avant : il « sera appelé Fils du Très haut » et maintenant il déclare clairement « il sera appelé Fils de Dieu » au cas où Marie n’aurait pas bien compris.

Marie reçoit une réponse d’ange, mais une réponse quand même. Qui apparemment lui suffira pour s’abandonner avec confiance dans l’imprévu.

Mais l’ange dit autre chose à Marie. Il lui dit : l’Esprit saint surgira et la puissance ou la dynamique de Dieu te couvrira d’ombre. L’Esprit saint surgit comme la lumière de Dieu dans les paroles d’Esaïe, une façon de dire : quand ça t’arrivera ce sera évident. En un éclair ce sera évident. Et quand il y a surgissement de lumière… ça produit de l’ombre…au sens propre comme figuré.

Il y a d’autres situations dans la Bible où Dieu manifeste sa présence par une ombre remplie de lumière, une nuée qui cache,  qui protège et en même temps qui met à part ceux qui sont dans cette ombre lumineuse/ pour qu’ils comprennent l’événement de l’intérieur ou au moins, s’ils ne le comprennent pas tout de suite, qu’ils  saisissent l’intensité de l’événement pour le comprendre plus tard. Et surtout qu’ils ne s’arrêtent pas de vivre parce qu’ils ne comprennent pas tout.// C’est exactement ce qui arrive à Marie et ce qui va lui arriver. Ainsi elle est préparée par l’ange à une autre intelligence des événements à venir, des événements autour d’elle et en elle, des événements  autour de cette naissance.

Quand Dieu ou son Esprit couvre de son ombre c’est à la fois pour protéger l’événement et pour le révéler aux premiers concernés.

L’ombre qui couvre est la même qui révèle. L’ombre couvre le temps d’une gestation avant que la nouveauté vienne/ au monde.

L’Esprit saint surgira et la puissance de Dieu te couvrira de son ombre, dit l’ange à Marie. C’est une façon de lui dire : l’événement est bouleversant et va t’exposer aux yeux des autres, Dieu connait ta fragilité, ta vulnérabilité et il te couvre de son ombre, comme une protection pour que tu puisses concevoir, enfanter et nommer l’enfant que toi tu appelleras Jésus et qui en fait, sera « Fils de Dieu ».

Marie ne comprendra pas comment, mais elle sait et saura que Dieu protègera sa fragilité pendant tous ces évènements qui vont bouleverser sa vie de petite fiancée de Nazareth.

Reprise : faut-il avoir peur de l’ombre de Dieu ?

Alors, reprenons cette image, celle d’une ombre qui couvre. Faut-il avoir peur de l’ombre de Dieu qui vient nous couvrir ?

Oui. Parce qu’elle annonce des événements qui vont bouleverser ce qu’on avait programmé de vivre, ou le « comme d’habitude » et on ne peut savoir ni le jour ni l’heure. Disons que c’est pas sensé nous terroriser mais nous mettre aux aguets.

Faut-il avoir peur de l’ombre de Dieu ?

Non. Parce que, quand Dieu nous couvre de son ombre pour reprendre l’expression, c’est qu’il met sa force dans nos faiblesses, pour le dire avec une  parole de l’apôtre Paul ou qu’Il vit l’événement avec nous, que Dieu est au cœur de l’événement et ça suffit comme lumière pour nous permettre de nous lever/ et de marcher dans l’obscurité.

Ainsi la nuit de Noël, éblouis par l’annonce des anges, les bergers d’abord auront peur puis se lèveront et se mettront en route dans la nuit pour voir ce signe de Dieu emmailloté, si petit mais si vivant.

Ce sont eux cette fois, et non plus un ange qui raconteront et confirmeront à Marie que son  bébé est un « Sauveur », un « Christ Seigneur ». Les cohérences de Dieu sont imprévisibles ou passent par des témoins imprévisibles.

Amen 

 

MUSIQUE  Instrumental : chant de Taizé « Dans nos obscurités, allume le feu »

Confession de foi  avec le chant :

Quel est L'enfant

Quel est l'enfant qui est né ce soir
Inconnu des grands de la Terre
Quel est l'enfant qui est né ce soir
Que les pauvres ont voulu recevoir

Il suffit d'un enfant ce soir
Pour unir le Ciel et la Terre
Il suffit d'un enfant ce soir
Pour changer notre vie en espoir

Quel est l'enfant qui est né ce soir
Pour changer la nuit en lumière
Quel est l'enfant qui est né ce soir
Tout joyeux comme un feu dans le noir

Il suffit d'un enfant ce soir
Pour unir le Ciel et la Terre
Il suffit d'un enfant ce soir
Pour changer notre vie en espoir

Quel est l'enfant qui est né ce soir
Au-delà de toutes frontières
Quel est l'enfant qui est né ce soir

Sinon Dieu que je peux recevoir

Il suffit d'un enfant ce soir
Pour unir le Ciel et la Terre
Il suffit d'un enfant ce soir
Pour changer notre vie en espoir (bis)

(Sebastian Demrey & Jimmy Lahaie. HERITAGES)

 

Annonces et Offrande 

 

Prière d’intercession

Seigneur, alors que Noël approche à grands pas, nous t’adressons notre prière.

  • Pour ceux et celles qui vivront les fêtes séparés de leurs proches :
    dans ces maisons, dans ces rues, dans ces EPHAD,
    et dans ces marchés de Noël qui paraîtront bien vides cette année.
    Pour ces familles qui se sont déchirées :

Puisses-Tu, Seigneur :  « dans nos obscurités, allumer le feu qui ne s’éteint jamais ».

  • Pour ceux et celles qui, les jours de fêtes et les jours ordinaires, n’ont que peu à manger et à boire sur leur table.
    Pour ceux et celles qui vivent dans l’angoisse d’avoir du travail demain, le mois prochain, l’année prochaine,

Puisses-Tu, Seigneur : « dans nos obscurités, allumer le feu qui ne s’éteint jamais ».

  • Pour ces enfants joyeux d’être enfin en vacances, pour ces familles ensembles et unies, pour ces couples qui espèrent un enfant en contemplant une Crèche,
    pour ces frères et soeurs, ces cousins et cousines, le sourire aux lèvres de se retrouver, pour ces foyers joyeux de te célébrer, et pour ces maisonnées qui cherchent Ta présence,

Puisses-Tu, Seigneur : que ce feu ne s’éteigne jamais !

Et c’est avec les mots que ton Fils Jésus, notre frère, nous a appris que nous voulons te prier :

Notre Père…

 

Envoi et Bénédiction

 

Dans la lettre (épître) aux Hébreux, il est écrit: « N'oubliez pas l'hospitalité, car, grâce à elle, certains, sans le savoir ont accueilli un ange » (Hébr. 13,2). Recevons nous mêmes cette invitation :

 

Tu veux voir un ange?
Ne cherche pas au ciel.
Baisse tes yeux vers la terre:
tu verras des pas qui dansent
que tu n'avais pas entendus venir.
Alors, relève les yeux:
tu verras une lumière dans un visage d'homme:
ce sera le sourire de Dieu, pour toi.
Tu ne comprends pas ce qu'il te dit?
Prends-le aujourd'hui: il t'est donné.
Donne-le à ton tour,
Tu le comprendras demain.

Recevons la bénédiction de Dieu :

Le SEIGNEUR nous bénit et nous garde. Il tourne sa face vers nous et nous donne sa Paix

Amen !

 

Chant : « Noël c’est Jésus qui vient »  ALLELUIA 54-04. ARC EN CIEL 372

Noël, c’est Jésus qui vient

  1. Noël, c’est Jésus qui vient,
    Proche des hommes qui cherch’ une espérance.
    Noël, c’est Jésus qui vient,
    Pour tous ses amis, au cœur de leur souffrance.

Refrain
O Seigneur, saurai-je t’accueillir
Pour qu’autour de moi il y ait plus de joie ?
Pour qu’autour de moi, on voie que tu es là ?

  1. Noël, c’est Jésus qui vient,
    Pour tout le monde, pour la paix sur la terre.
    Noël, c’est Jésus qui vient,
    Dans tous les pays, c’est la même prière.

Refrain

  1. Noël, c’est Jésus qui vient,
    Pour nous conduire jusqu’à Dieu, notre Père.
    Noël, c’est Jésus qui vient,
    Et dans notre nuit se lève une lumière.

Refrain

(Christiane Gaud *1937. © Groupe Fleurus-Mame, autorisation SECLI 09/002 (33))

  

Solange Weiss, le 19 décembre  2020 à Jacou.
Crédit images:.1.Photo par SW; 2. Photo par  Bernard Hermant sur Unsplash Photo par Andrii Leonov sur Unsplash


Nos derniers articles en relation avec Dieu