Accueil | Contactez-nous | Lieux de culte | Agenda

Culte de l'Eglise Protestante Unie de Montpellier & Agglomération au temple de la Margelle présidé par Solange Weiss, le dimanche 16 mai 2021.  

Vous pouvez voir le culte ici (le texte de la liturgie et celui de la prédication suivent sous la vidéo)

 

Les chants indiqués sur le recueil de cantiques « Arc en Ciel ». Les liens renvoient aux autres chants entendus comme prières.

CHANT D’OUVERTURE : « Nous sommes une maison »

JEM 879   par Ludivine et Sylvain Odier

Nous sommes une maison pour toi,
Un autel pour prier ton nom,
Un lieu réservé pour ta présence,
Où tu aimes rester, t'arrêter,
Demeurer et briller par ta lumière.
Nous sommes une maison pour toi,
Un autel pour prier ton nom,
Un lieu réservé pour ta présence,
Où tu aimes rester, t'arrêter,
Demeurer et briller par ta lumière.
Tu es l'oasis au milieu du désert,
L'eau vive qui coule dans les sources amères,
Le soleil qui brille au milieu de la nuit,
L'aurore qui se lève sur nos vies.
Tu es l'oasis au milieu du désert,
L'eau vive qui coule dans les sources amères,
Le soleil qui brille au milieu de la nuit,
L'aurore qui se lève sur nos vies.
Ce temple est pour ton Saint-Esprit,
Une habitation pour ta gloire,
Un endroit où tu viens habiter,
Maison d'adoration, de louange,
De prière, consacrée à ton amour.
Ce temple est pour ton Saint-Esprit,
Une habitation pour ta gloire,
Un endroit où tu viens habiter,
Maison d'adoration, de louange,
De prière, consacrée à ton amour.
Tu es l'oasis au milieu du désert,
L'eau vive qui coule dans les sources amères,
Le soleil qui brille au milieu de la nuit,
L'aurore qui se lève sur nos vies.
Tu es l'oasis au milieu du désert,
L'eau vive qui coule dans les sources amères,
Le soleil qui brille au milieu de la nuit,
L'aurore qui se lève sur nos vies

 

sw 160521 1OUVERTURE

La grâce et la paix nous sont donnée de la part de Dieu notre Père en Jésus le Christ notre frère et notre Seigneur

Par ton Esprit, Seigneur,
tu désires mettre en nous le courage de vivre:
en toi, il n' y a que tendresse
pour chaque femme,
chaque homme,
chaque enfant de la terre.
Ta main droite est posée sur nous
en mystérieux geste d'amour,
et l'autre main nous relève
et nous pousse en avant:
alors, pourquoi aurions-nous peur?

Chant : Psaume 65 strophes 1 et 2

LOUANGE

Parole Pour Tous, 27 mars 2016, Olivier Pigeaud

Pour l’aperçu d’une vie qui n’est plus fixée dans le temps,
loué sois-tu SEIGNEUR
Pour l’intuition d’un monde où l’espace n’enferme pas,
loué sois-tu
Pour la lumière qui touche
non pas nos yeux mais nos cœurs,
loué sois-tu
Pour les paroles qui frappent
non pas nos oreilles mais nos esprits,
loué sois-tu

Pour la communion entre tous,
présents et absents,
visibles et invisibles,
Nous t’adorons, Seigneur notre Dieu

Chant : « Chante, chante peuple joyeux toi qui aimes ton Dieu » 269

 

sw 160521 2PRIERE DE REPENTANCE ET DE PARDON

Avec le slam de repentance et de pardon du pasteur Cédric Chanson

https://youtu.be/KIEuU5RcRxA

https://www.youtube.com/wa

Pardon
Pardon, c’est le seul mot qu’on peut décemment prononcer
quand on voit dans quel état la planète est laissée

Pardon de polluer l’air, d’asphyxier la mer, de surexploiter la terre
pardon de mutiler ta création et de blesser ton coeur de père
pardon c’est notre prière, même si c’est pas à la mode
il n’y a que toi qui puisse faire que nos vies changent de mode

Gardes-nous de demander pardon pour nous tirer d’affaire
de prendre à la légère, comme une excuse pour ne rien faire

“Pardon”, c’est vite dit, mais c’est tout ce qu’on peut dire

Lever les yeux vers toi, vers la croix, vers tes soupirs
Seigneur, tu as payé la rançon
pour la terre tu te donne,
c’est pourquoi nous prions :

Kyrie eleison

Kyrie, Kyrie Eleison

Kyrie, Kyrie Eleison

Seigneur aie pitié de nous, quand nous n’avons plus de pitié
pardon pour notre indifférence, notre accoutumance à la pauvreté
pardon pour l’injustice que nous tolérons, au loin comme au près
pardon pour nos silences coupables, et nos désintérêts

Seigneur tu as pitié de nous mais on ne te fais pas pitié
tu connais nos faiblesses, nos manquements, nos lâchetés
tu continue à voir en nous, et sans cesse tu nous appelles
aide-nous à aimer ce monde d’un amour bien réel
pardon pour les haines, les conflits, les guerres de toutes sorte
pardon pour toutes nos bonnes intentions qui restent lettre mortes

Seigneur, ai pitié de nous : restaure la dignité de chaque personne
Qu’ensemble, nous puissions te dire : Kyrie Eleison

Kyrie, Kyrie Eleison

Kyrie, Kyrie Eleison

Se repentir c’est bien, mais ça ne sert à rien de déprimer
On va retrousser nos manches, maintenant qu’on se sait pardonnés
Avec la force que tu nous donnes, et en ton nom de Jésus Christ
On va aimer notre prochain, quitte à être utopiste
On va pas y arriver tout seuls, c’est clair qu’on est limité
transformons-nous par ton esprit, par ta grâce illimitée
Que nos coeurs soient changés par la puissance de l’évangile
La bonne nouvelle pour les pauvres et les requérants d’asile
aie pitié de nous, garde-nous de faire du sur-place
remplis-nous de ton amour que rien ne surpasse
certains diront “c’est une voix dans le désert”, des mot qui résonnent

Nous : on prépare ton chemin en prière, on chante : Kyrie eleison

Kyrie, Kyrie eleison

Kyrie, Kyrie eleison

Ne permet pas, Seigneur, qu’on s’arrête à ce bel élan oecuménique
à la lumière de ta parole, donne-nous d’être un peu plus prophétique
interpellé dans nos quartiers, et jusqu’à nos multinationales
pour plus de solidarité, de générosité, et de justice globale
donne-nous la persévérance, et renouvelle notre espérance
on est témoin de beaux succès : c’est réjouissant quand on avance

Par la foi, on ira plus loin que les objectifs du millénaire
en toi, c’est “mission possible”, car ton objectif, c’est la terre
alors aujourd’hui, on veut te dire par nos paroles, par nos actes
on veut que nos vies t’honore, et qu’elle ait un impact

Que nous soyons sel et lumière
comme tu nous l’a promis
porteur d’espérance pour la terre,
pour ta gloire, sans compromis

Gloire à toi Seigneur

Dieu, Gloire à toi

Amen

 

PRIERE d’EPICLESE

Seigneur
au moment où nous allons ouvrir les Ecritures,
accorde-nous d'y trouver
non pas un discours
mais une parole qui ait du poids.

Une parole qui nourrisse notre foi,
une parole qui éclaire nos choix
une parole qui porte nos combats.

Amen

(GC II p.136)

 

TEXTE BIBLIQUE : Actes 1, 1-11

NOUVELLE FRANÇAIS COURANT

1 Cher Théophile, dans mon premier livre j'ai raconté tout ce que Jésus a fait et enseigné dès le début
2 jusqu'au jour où il fut enlevé au ciel. Auparavant, il avait donné ses instructions, par l'Esprit saint, à ceux qu'il avait choisis comme apôtres.
3  En effet, après avoir souffert jusqu'à la mort, c'est à eux qu'il se montra en leur prouvant de bien des manières qu'il était vivant : pendant quarante jours, il leur apparut et leur parla du règne de Dieu.
4Un jour qu'il prenait un repas avec eux, il leur donna cet ordre : « Ne vous éloignez pas de Jérusalem, mais attendez ce que le Père a promis et que je vous ai annoncé.
5 Car Jean a baptisé dans l'eau, mais vous, dans peu de jours, vous serez baptisés dans l'Esprit saint. »
6 Ceux qui étaient réunis auprès de Jésus lui demandèrent : « Seigneur, est-ce en ce temps-ci que tu rétabliras le règne pour Israël ? »
7 Jésus leur répondit : « Il ne vous appartient pas de savoir quand viendront les temps et les moments, car le Père les a fixés de sa seule autorité.
8 Mais vous recevrez une force quand l'Esprit saint descendra sur vous. Vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'au bout du monde. »
9 Après ces mots, Jésus fut élevé vers le ciel pendant que tous le regardaient ; puis une nuée le cacha à leurs yeux.
10 Ils avaient encore les regards fixés vers le ciel où Jésus s'en allait, quand deux hommes habillés en blanc se trouvèrent près d'eux
11 et leur dirent : « Gens de la Galilée, pourquoi restez-vous là à regarder le ciel? Ce Jésus, qui vous a été enlevé pour aller au ciel, viendra[1] de la même manière que vous l'avez vu s'en aller.»

Chant : « Seigneur en ta victoire tu as vaincu la mort » . 484 strophes 1-2-3

sw 160521 3PREDICATION 

Introduction : chers Theophile(s)

Chers frères et sœurs, chers Théophile, car nous sommes tous des Theophile. Vous et moi, nous ici et vous chez vous, parce que nous vivons ce culte nous sommes tous des Théophile, c’est-à-dire : nous sommes aimés de Dieu et aussi nous aimons Dieu ou nous Le cherchons, car chercher c’est aussi aimer.

L’évangéliste Luc quand il commence à écrire son livre des Actes des Apôtres, continue à prendre soin en bon pédagogue des Theophile que nous sommes. Et Luc aime faire voir ce qu’il croit, le mettre en images. Luc n’est pas un poète mais un conteur. En BD Luc pourrait être à la fois scénariste et dessinateur. En cinéma d’animation, Luc serait très bon dans la mise en scène de l’œuvre, le scénarimage (storyboarder).

Le récit dit de l’Ascension poursuit donc ce savoir-faire de l’évangéliste. A la fin du premier livre (fin de l’évangile) Theophile a déjà appris que les apôtres ont reçu la promesse de l’Esprit saint et qu’ils ont reçu la bénédiction de Jésus avant qu’il soit enlevé au ciel.  Mais la reprise semble nécessaire car il est temps désormais de passer au temps des Actes/ et des Apôtres… Il est temps de comprendre que la bénédiction reçue produit un engagement[2]. 40 jours d’enseignement avec le Ressuscité – nous dit Luc-  40 jours de preuves qu’il est le Vivant ça suffit : il est temps maintenant de devenir ceux qui témoignent en paroles et en actes.[3]

Dans la bible, 40 c’est le chiffre symbolique du passage vers autre chose, et aussi le temps de l’initiation.

L’Ascension est le signe final de la pleine Résurrection du Christ et dans toute fin il y a l’ouverture d’un début. Si l’acte de naissance des apôtres est  véritablement signé à la Pentecôte, le début de l’accouchement, c’est l’Ascension.

Assumer l’incroyable mais vrai

Le récit de l’Ascension qui redouble ce qui est déjà dit et prépare ce qui va venir, répond à deux problèmes : vivre l’absence et avancer dans l’incertitude.

C’est pour cela que malgré ce qui est raconté bizarrement dans ce texte, les problèmes sont très actuels. Dans nos parcours de croyants et tout simplement dans nos parcours de vivants « vivre l’absence » et « avancer dans l’incertitude » sont des expériences qui nous parlent.

J’ai toujours trouvé incroyable ou extraordinaire que les premiers disciples aient eu l’audace de témoigner que celui qui les faisait vivre et donnait tout le sens à leur vie, c’était bien cet homme exécuté sur une Croix comme un hérétique et un impie. Et témoigner que ce même homme avait pleinement manifesté Dieu parmi les hommes, c’était un vrai bing-bang dans les croyances juives et romaines, scandales pour les uns, absurde pour les autres.

La nouvelle à proclamer est tellement nouvelle/ et demande tellement de courages et d’audaces qu’il n’est pas superflu que les disciples aient reçu quelques manifestations de Jésus extra-ordinaires, quelques expériences peu communes pour les encourager et les fortifier dans leur mission à venir.

À situation extra-ordinaire, moyens extra-ordinaires.

Plus tard ils racontent ces expériences comme ils peuvent. Avec la liturgie ou les mots du dictionnaire de l’époque, ils témoignent de la puissance d’un événement réel mais à la limite de ce qu’on peut en dire. Les premières générations chrétiennes essayent de témoigner de cet extraordinaire dans l’ordinaire, ici un enseignement partagé lors d’un repas, partager le sel du repas[4] et de la parole avec le Christ.

Comment traduire la présence bien vivante de celui qui est malgré tout absent ? Bravo aux évangélistes qui ont essayé de traduire cette expérience limite de la présence bien réelle de Jésus malgré son absence, et aussi cet accomplissement de Jésus comme Christ.

Et pour le dire, Luc puise dans les trois langages de la résurrection : celui de l’éveil ou du réveil, celui de la vie et maintenant celui de l’élévation. Jésus, celui qui a été réveillé des morts, le Vivant qu’il ne faut plus chercher parmi les morts est maintenant Celui qui est enlevé au Ciel. Comment dire que la mort n’a pas disparu mais qu’elle est transformée et que ça peut tout changer dans notre façon de vivre ?

Les écrits du Nouveau Testament essayent de témoigner et donc de traduire cette expérience limite du « Crucifié-Ressuscité » pour le dire vite. Car désormais il ne s’agit pas de faire planer cette bonne nouvelle mais de l’incarner.

Le récit de l’Ascension propose de nous raconter comment vivre l’absence comme une présence.

Vivre l’absence comme une présence

Luc aime faire voir à Théophile ce qu’il croit.[5] Et le raconter par l’expression des corps et des regards. Dans le texte quatre verbes différents expriment le regard/le voir[6]. Autant dire que l’expérience a frappé et bouleversé, puis décidé les disciples.

Il s’agit de dire en actes la séparation définitive et en même temps, de dire que cette séparation n’est pas un abandon. Ce récit de l’Ascension peut nous parler aussi de tous les deuils que nous traversons.

L’expérience est racontée ainsi : les apôtres étaient avec Jésus, et pendant qu’ils regardaient, Jésus fut élevé et une nuée l’absorba et le déroba à leurs yeux.

La nuée, l’image de la nuée, d’après leur expérience religieuse dans la foi juive exprime pour ces disciples, la pleine présence de Dieu. C’est la nuée qui accompagne le peuple hébreu lors de son exode, qui protège et accompagne. La nuée signale non seulement la présence divine mais aussi le passage dans une autre réalité pour ceux qui sont plongés dedans.

La nuée cache et révèle à la fois. Ce n’est pas parce que ce n’est pas visible/ que ce n’est pas réel. Pour témoigner de la présence de Dieu en Jésus et de Jésus en Dieu, la nuée est un indice qui parlera à ceux de culture juive.

Dans notre société actuelle où n’est vrai que ce qui est visible, où même nos églises sont obsédées de visibilité, la nuée témoigne d’autre chose.

Certes ce qui est visible est réel: la mort de Jésus sur la croix fut bien visible et bien  réelle. Mais tout ce qui est réel n’est pas visible. L’événement-résurrection appartient à cette seconde catégorie.

Ensuite l’apothéose, le bouquet final qui laisse les apôtres bouche bée et sidérés : l’élévation de Jésus vers le ciel.  Sa glorification ainsi racontée ressemble à la divinisation des empereurs romains, à leur glorification ultime. 

Pour témoigner auprès de ceux de culture romaine, pour avoir le courage de proclamer que Jésus Christ le Crucifié est leur seul Seigneur et non César, voici un argument de taille !

Parfois il vaut mieux une démonstration que de longs discours. Mais l’événement est si puissant que les disciples restent là fixés, transis, sidérés[7].

Ils sont là à fixer le ciel où Jésus s’en allait. La nuée brouille leur regard et la voix des deux hommes en blanc les remet en mouvement. Comme les deux hommes en blanc pour les femmes au tombeau le matin de Pâques. (L’Ascension est une autre version de la Résurrection).

Ce qu’il faut voir désormais, là où il faudra voir le Christ désormais, ce ne sera plus au ciel. Et à l’invisibilité de Jésus  va répondre la visibilité d’une communauté d’hommes et de femmes en prières, et qui témoigneront en actions et en paroles.

C’est donc un nouveau chemin d’incarnation… de la communauté comme corps du Christ. L’Ascension confirme ce que l’évangile avait dit depuis son début : avec l’avènement de Jésus Christ le ciel est sur la terre.

On pourrait reprendre ici le chant des anges la nuit de la naissance de Jésus : « Gloire à Dieu dans les lieux très hauts et sur la terre, paix parmi les humains en qui Dieu prend plaisir ! ». (Luc 1,14)[8].

sw 160521 4Avancer dans l’incertitude

Assurés que l’absence n’est pas un abandon, mais une autre forme de présence de Jésus avec eux et avec nous, il s’agit maintenant d’incarner cette bonne nouvelle pour avancer dans CE monde et pas dans un autre / et pour avancer en espérant contre toute espérance, et garder chevillée au corps la conviction que la vie sera toujours plus forte que la mort. Que ce qui n’a pas de sens aujourd’hui en trouvera demain. Oui… mais …  c’est quand demain ?

« Quand c’est qu’on arrive ? » disent les enfants quand le trajet est trop long. Et nous sommes comme eux.

C’est quand le Règne de Dieu ? La question des disciples à Jésus n’est pas absurde puisque pendant 40 jours il leur a encore parlé du Règne de Dieu, qu’il n’arrête pas d’en parler.

Bien sûr eux traduisent avec leur réalité à eux, c’est-à-dire la libération politique d’Israël. C’est très difficile de supporter que Dieu n’est pas plus efficace quand l’injustice ou l’oppression sont quotidiennes.

Demandez aux chrétiens palestiniens où ils puisent la force d’espérer et d’agir et de garder la dignité dans une résistance non-violente!

Quand la réalité est facile, on n’attend peut-être moins le Règne de Dieu (voir on le redoute), mais quand la réalité est pénible, injuste, stressante, inquiétante, terrifiante, démoralisante … ça devient plus urgent.

Et Jésus répond : les temps et les moments ne vous appartiennent pas, seul le Père décide. Et donc nous restons dans l’incertitude. Et nous devons vivre avec.

L’incertitude c’est ne pas voir venir ce qu’on espère et de vivre avec ce qui désespère. C’est bien là le problème mais … c’est aussi là le défi.

Car l’incertitude sur ce qui vient, nous ramène au présent. De façon exigente. L’incertitude nous ramène aussi à la racine de ce qui nous fait vivre. Et dans cette motivation profonde, avancer pas après pas. Poser pierre après pierre même si demain c’est de nouveau démoli, recommencer. Avancer geste après geste. Parce que le peu peut aussi retourner une situation.  Les évangiles multiplient les exemples en ce sens. Et justement il faut bien des témoins pour dire que c’est possible, qu’il y a un possible malgré les charges contraires.

Jésus dit à ses disciples : les temps et les moments où tout doit s’accomplir, ne vous appartiennent pas, mais vous avez un travail de témoins à accomplir de Jérusalem jusqu’aux extrémités de la terre, donc ça va durer un … certain temps.

Plus sérieusement : Jésus invite ses disciples à sortir des questions qui n’auront pas de réponses et à s’impliquer dans l’action et le service. Et chemin faisant découvrir des réponses, pas dans la réflexion mais dans l’incarnation. L’évangéliste Luc a toujours donné une priorité à l’action sur la parole, qui se révèle qu’après coup.

Conclusion : devenir des Christophores

Le récit de l’Ascension nous sort donc de la sidération/ et nous demande d’avancer parce qu’on n’est pas abandonné. Chaque évangéliste le dit à sa manière.  Ici deux êtres/messagers célestes disent aux apôtres sidérés :

ce Jésus qui vous a été enlevé pour aller au ciel/ viendra de la même manière que vous l’avez vu y partir…

c’est-à-dire par les chemins de la terre. Au milieu de vous, à côté de vous. De façon surprenante. Il suffit de se mettre en route même sans trop savoir. Comme les disciples pour Emmaüs. Mais plus encore chers Theophile que nous sommes !

Luc nous le dit au début du livre des Actes : il a raconté tout ce que Jésus a commencé à faire et à enseigner jusqu’au jour où il fut enlevé. Ce que Jésus a commencé mais il a besoin de nous pour poursuivre. C’est un nouveau chemin d’incarnation, bouleversant. Parce que le Christ nous confie la responsabilité de le rendre présent et visible au milieu de notre monde. De devenir en quelque sorte non pas des « Photophores » mais des « Christophore » des porteurs de Christ.

Si, en tant qu’aimés de Dieu, nous recevons comme premier prénom Theophile, le second serait donc Christopher kristofer, Christophe en français. 

Amen

CONFESSION DE FOI    

Je crois en Jésus de Nazareth
qui a vécu en frère
en étant attentif aux plus humbles;
il a lavé les pieds de ses disciples
et il a partagé le pain et le vin.

Plutôt que de trahir son message,      
il s'est laissé mettre à mort.
Mais il vit toujours d'une autre vie.

Pour notre accomplissement,
il nous a demandé de nous aimer les uns les autres
comme il nous a aimés.

Je crois au Dieu que Jésus nous a révélé comme Père,
source d'amour et de vie,
ici-même et au-delà de l'espace et du temps.

Il nous confie le soin d'achever l'édification
d'un monde fraternel
au service les uns des autres.

Je crois à l'Esprit qui nous éclaire et nous inspire.
Je crois à la communion des hommes et des femmes
qui se veulent fidèles disciples de Jésus.

Amen

Chant : « Rendons gloire à Dieu notre Père… » 266/1-2

ANNONCES

OFFRANDE    

Un geste d'amour témoigne de l'oeuvre de Dieu en nous:
il  nous invite à donner largement et avec méthode,
selon ce que l'apôtre Paul dit aux Corinthiens:

"Que chacun de vous,
le premier jour de la semaine,
mette à part chez lui ce qu'il aura pu épargner" (1 Cor. 16,2)

Voici le moment de notre offrande

PRIERE D’INTERCESSION et « NOTRE PERE … »

à partir de la liturgie d’Iona  p.57-61

Nous allons partager notre prière d’intercession à travers des prières venues de plusieurs traditions dans le monde et de plusieurs églises chrétiennes de par le monde. Des  prières venues jusqu’à nous et actualisées.

Rythmé par le chant : « Nous avons vu les pas de notre Dieu »  320 strophes   1-6-2-3

(A/issu de la tradition des Indiens d’Amérique)

SEIGNEUR fais de nos cœurs des lieux de paix
Et de nos esprits des havres de tranquillité.
Sème en nos âmes un amour vrai pour toi
Et les uns pour les autres ;
Et enracine en nous profondément,
L’amitié et l’unité,
L’harmonie avec le respect.
Qu’ainsi nous nous offrions mutuellement la paix avec la sincérité
Et la recevions avec beauté.

320 strophe 1 : Nous avons vu les pas de notre Dieu… quand viendra-t-il ?...

(C/ De l’Eglise au Kenya)

Bon Maître, libère-nous aujourd’hui
De la lâcheté qui n’accepte pas les nouvelles vérités,
De la paresse qui se contente de demi-vérités
Et de l’arrogance
Qui croit connaître toute vérité.
Seigneur  apprends-nous la liberté et la vérité selon ton amour.

320 strophe 6 : Nous avons vu s’ouvrir les bras de Dieu… quand viendra-t-il ?...

(D/ De l’Armée du Salut)

SEIGNEUR donne à tous ceux en position d’autorité,   
La sagesse et le courage[9] de bien gouverner,
Donne-leur la grâce de connaître dans leurs coeurs
Que rien n’est solide qui ne soit pas juste,
Et que le critère de la justice
Est ce qui détourne les gens de suivre le mal
Pour rechercher ce qui est bon.

SEIGNEUR

Nous te prions pour que cessent les politiques d’oppression et de discrimination
que les autorités israëliennes imposent aux Palestiniens.
Donne à ton Eglise le courage de prendre position en faveur du droit et de la justice.[10]
Nos frères et sœurs palestiniens en ont besoin.
De Jérusalem à Gaza  que nos cœurs soient occupés,
Jusqu’au jour où nous pourrons chanter de nouveau :

320 strophe 2 : « nous avons vu fleurir dans nos déserts »

(H. De l’Eglise aux Philippines)

Seigneur, en ces temps
Où nous craignons de perdre espoir
Où nous sentons la futilité de nos efforts :
Ravive en nos cœurs et nos esprits
L’image de ta résurrection
Qu’elle soit source de courage et de force.
Ainsi et en ta compagnie
Aide-nous à relever les défis et à nous battre
Contre tout ce qui s’enracine dans l’injustice.

Et un jour nous danser notre espérance :

320 strophe 3 : « Nous avons vu danser les malheureux »…

Ensemble, nous te disons : « Notre Père….. »

 

sw 160521 5ENVOI & BENEDICTION

« Seigneur, fais nous voir pour que le jour d’après
  ne soit pas un retour au jour d’avant »

Et le SEIGNEUR  nous répond ce qu’il a répondu au prophète Jérémie : (Jér. 1,1-12)
« Que vois-tu ?

Nous répondrons :
« Je vois une branche d’amandier, une branche de « l’arbre-veilleur »

Et le SEIGNEUR nous dira
« Tu as bien vu

Car je veille sur ma parole afin de l’accomplir »
A la fin de notre culte
Que  cette parole nous assure que Dieu travaille
Avec nous et pour nous
Même si nous ne pouvons pas toujours le voir
Au milieu des tumultes de notre monde.

Recevons sa bénédiction :

Le SEIGNEUR est devant nous pour nous guider
Derrière nous pour nous conduire
En dessous de nous pour nous porter
Et au dessus de nous pour nous protéger et nous bénir

Amen !

Chant : « Sur le chemin où tu appelles » 883

Salutations !

CHANT D’ENVOI: « Ne restez pas là à regarder le ciel » Joël Dahan, Sarah Leiris. Cantiques.fr

 

Soange Weiss, le 16 mai 2021 à la Margelle à Montpellier

Références

[1] Dans NFC : reviendra mais selon le grec « viendra ». Pas retour mais surgissement nouveau

[2] La bénédiction n’infantilise pas, ne déresponsabilise pas (F.Bovon). J’ai mis devant toi… Dt 30 et aussi Dt 11

[3] Dans la bible 40 jours c’est le temps du passage vers autre chose (40 ans dans le désert) , le temps de l’initiation (l’Exode mais aussi la « tentation » de Jésus au désert avant le début de son ministère. 40 jours le temps de l’entre-deux.  Ici dire que ce fut « 40 jours c’est aussi dire que la période de révélation est limitée dans le temps afin que ne s’immiscent pas des hérétiques » (F. Bovon). Un temps pour la révélation, un temps pour le témoignage.

[4] sunalizomai un hapax biblique qui doit provenir de sel alS et devrait signifier prendre le sel avec donc partager le repas. Marguerat, Commentaire des Actes des Apôtres (1-12), p.39

[5] Ce n’est pas le voir qui fait le vrai mais c’est le vrai qui fait le voir

[6] 3 verbes pour voir : blepw voir, atenizw fixer du regard, emblepw tourner le regard, Jeomai observer

[7] Sidérer – désidérer (désiderare) étymologie)-> désirer

[8] D’ailleurs, malgré les tribulations les apôtres auront la louange facile dans le livre des Actes

[9] Ajout personnel

[10] Extraits de  la Prière de Sabeel jeudi 13 mai


Nos derniers articles en relation avec Dieu