Accueil | Contactez-nous | Lieux de culte | Agenda

Conférence de Mark Rutte à l'occasion du jour de la Réformation 2020 à la Kloosterkerk à La Haye, Pays-Bas, organisée par l'Église Protestante Unie des Pays-Bas pour le Festival de Pierre

rutte kloosterkerkSi l'on me confiait la tâche impossible de décrire en un mot ce que l'Église représente pour moi personnellement, je dirais probablement : "Ensemble". Parce que dans l'église, les gens se rassemblent, comme une congrégation. En personne, les uns avec les autres. Et combien il est aliénant de devoir vous parler devant la caméra de cette magnifique, mais presque vide, Kloosterkerk à La Haye. Nous savons pourquoi cela est nécessaire. Nous savons pourquoi nous le faisons. Mais nous sentons aussi à quel point nous avons besoin de cette unité en ce moment.

C'est la raison la plus importante pour laquelle j'ai été heureux de dire oui à la demande de donner la conférence protestante annuelle en ce jour de la Réforme. En raison des circonstances, la forme et la portée ont été quelque peu adaptées, mais pas, espérons-le, le sens et la réception. Car aujourd'hui, je voudrais souligner la nécessité de l'unité et, avec elle, le rôle important que jouent la foi, les églises, et surtout les personnes qui composent l'église, 

Nous ne pouvons pas l'ignorer : le coronavirus fait peser un fardeau incroyablement lourd sur notre société. Sur tous ceux qui ressentent le manque d’un être cher à cause de la corona. Aux personnes qui en sont maintenant très malades, ou qui luttent contre les conséquences physiques et mentales du virus. Aux jeunes et aux personnes âgées qui, en raison de toutes les limitations sociales, doivent faire face à des tensions au sein de leur foyer,  à la solitude et à des sentiments dépressifs. Ou sur tous ces entrepreneurs dont les entreprises sont sur le point de mettre la clé sous la porteet sur les personnes qui risquent de perdre leur emploi. 

En bref, Corona est plus qu'un virus, plus qu'une simple maladie. C'est aussi un deuil, une perte, un bouleversement. 

Mais je suis convaincu que la tradition dans laquelle nous nous trouvons nous aide à traverser cette période difficile. Chacun de nous individuellement et notre pays dans son ensemble. Bien sûr, cette tradition n'est pas exclusivement chrétienne, mais elle l’est tout de même dans une large mesure. Et cela fonctionne de manière très directe et personnelle, parce que ceux qui croient en Dieu ont le droit d'avoir de l'espoir et c'est un grand réconfort. Du moins, c'est ainsi que cela fonctionne pour moi.

Et elle fonctionne aussi collectivement, grâce à cette parole biblique bien connue : aime ton prochain comme toi-même. Pour moi, cela signifie : prendre soin les uns des autres, s'entraider, se réconforter. C'est exactement ce que nous avons immédiatement vu se produire lors de cette première vague de Covid-19. Et récemment, des dizaines d'églises et d'organisations chrétiennes de différentes confessions ont envoyé une lettre au cabinet pour proposer leur aide à la deuxième vague du virus, par exemple dans la lutte contre la solitude. Ainsi, la foi nous rend aussi plus forts ensemble, au sens social du terme.

Et bien sûr, pendant cette deuxième vague, nous voyons la tension entre les gens s'accroître, mais à la base, les Pays-Bas sont et restent un pays de volontaires et d'entraide. Un pays où l'on fait ses courses les uns pour les autres et une casserole de soupe pour le voisin malade. En outre, pendant cette deuxième vague, il y a encore plus de gens qui font preuve de patience et de compassion qu'il n'y en a qui sont soupe au lait. À propos du bon et de la  patience de la société, nous ne lisons pas beaucoup dans les journaux et nous n'en entendons pas beaucoup parler autour des différentes tables de talk-show, mais cela n'enlève rien à cette réalité. 

À notre époque, nous sommes de toute façon obligés de faire face aux faits. Les choses qui nous semblaient acquises, allant d’elle-mêmes, se sont révélées au printemps être moins évidentes que prévu.. Soudain, nous sommes obligés de vivre avec des limites qui, jusqu'à récemment, étaient à peine imaginables. 

Cela soulève la question suivante : qu'est-ce qui compte vraiment dans une vie humaine ? Ou de le formuler avec la question à laquelle on m'a demandé de réfléchir aujourd'hui : une bonne vie est-elle une vie parfaite ? 

La réponse courte est bien sûr : non, heureusement pas. Parce que la perfection est une norme que très peu de gens peuvent atteindre.

D'ailleurs, qu'est-ce qui est parfait ? Cela diffère d'une personne à l'autre, me semble-t-il. Pour certains, c'est une brillante carrière avec beaucoup de prestige et de richesse. Pour d'autres, il s'agit d'une apparence attrayante ou d'un exploit sportif. Et pour un autre encore, c'est une vie familiale harmonieuse ou la satisfaction du travail bénévole.

Il est donc impossible de donner une réponse concluante. Pour moi personnellement, parfait est aussi un autre mot pour dire ennuyeux. Imaginez : une vie parfaite et rien de plus à souhaiter ? Honnêtement, je n'ai même pas envie d’y penser !

La question demeure : qu'est-ce qu'une bonne vie alors ? Bien sûr, il n'y a pas non plus de bonne ou de mauvaise réponse à cette question. Mais ce que la crise du Covid-19 nous enseigne en tout cas, c'est que la vie, en fin de compte, ne consiste pas à faire plus, plus, plus, et certainement pas à faire plus de moi, moi, moi, mais à faire ensemble, à faire preuve de responsabilité et d'attention envers les gens qui nous entourent. Nous connaissons tous cette déclaration selon laquelle personne sur son lit de mort ne dit qu'il aurait du plus travailler ou plus accumuler. En 2020, nous devrons peut-être ajouter le nombre de followers sur Instagram ou Facebook. Mais la vie n'est ne tourne pas autour de l’argent ou de la consommation, mais autour du contact.. Il s'agit d'un véritable contact humain. En fin de compte, c'est tout ce qui compte, pas la richesse ou les apparences, mais ce que vous avez fait avec et pour quelqu'un d'autre.

Je suis moi-même le produit d'une éducation réformée qui n’était pas trop stricte, je dois donc toujours faire un peu attention aux références ou aux interprétations de la Bible. Mais ce que je viens de dire n'est-il pas aussi un fil conducteur dans ce beau livre ? Par exemple, dans cette parabole de l'homme riche pour qui il est plus difficile d'entrer dans le Royaume de Dieu que pour un chameau de passer par le chas de l'aiguille ? À mon avis, un message clair : la possession est du lest, que l'on laisse derrière soi à la fin.

Ou, par exemple, lorsque Jésus dit : "Traitez donc toujours les autres comme vous voudriez qu'ils vous traitent". C'est une belle inversion positive de : "Ce que vous ne voulez pas qu'il vous arrive..." Et là aussi, il y a un message clair : pensez à tout ce que vous voulez et faites-le aussi à quelqu'un d'autre.

rom12.2La réponse à la question de savoir ce qu'est une bonne vie n'est peut-être nulle part aussi clairement formulée dans la Bible que dans Romains 12, dans l'une des lettres d'instruction de Paul. Il y écrit sans équivoque qu'une bonne vie est une vie au service de la volonté de Dieu. Dans la traduction de la Nouvelle Bible (ndlr: bible néerlandaise), il est dit littéralement : "Vous ne devez pas vous adapter à ce monde, mais changer d'avis en renouvelant vos dispositions, afin de découvrir ce que Dieu veut de vous et ce qui est bon, parfait et agréable pour lui".

J'y entends l'écho d'une des valeurs fondamentales que j'ai héritées de mes parents : toujours penser par soi-même, assumer la responsabilité de ses propres actions et ne pas marcher à l'aveuglette avec le troupeau. Exactement comme Luther l'a fait lors de la toute première journée de la Réforme à Wittenberg, il y a 503 ans, lorsqu'il s'est également adressé à Rome avec ses thèses - tout comme Paul. Penser, choisir et accepter les conséquences.

Ainsi, dans ce texte de Romains 12, il y a une grande partie de la foi de ma jeunesse, de l'église dans laquelle j'ai grandi - la Nieuwe Badkapel à Scheveningen. Une église qui a attiré des gens de tous horizons, des ministres et des hauts fonctionnaires aux pêcheurs de Scheveningen. Enfant, je m'y sentais chez moi.

Dans sa lettre aux Romains, Paul insiste fortement sur le fait que les gens ont des dons différents et qu'il n'y a pas de hiérarchie entre eux. "Nous avons des dons différents, qui se distinguent selon la grâce qui nous a été accordée", dit-il. Et il compare ensuite cela avec un corps dont chaque partie a sa propre fonction.

Cela me plaît énormément. Car cela signifie que chacun peut faire le bien dans sa vie, peut mener une vie bonne et significative, et que la somme des contributions de chacun est plus que la somme des parties.

Comme Frits Bolkestein (ndlr: ancien chef du parti libéral aux Pays-Bas), j'aime appeler cela la connexion inspirante dans la société, le pouvoir et l'énergie qui sont dans les gens, qui nous maintiennent ensemble et nous rendent plus forts dans l'ensemble. La contribution de chacun compte. Personne n'est plus important qu'un autre. Ou comme je l'ai appris de mes parents : on ne regarde pas le professeur ou l'éboueur de haut. Chacun apporte sa contribution au maximum de ses capacités.

Dans cette optique, j'ai appris très tôt qu'il vaut mieux garder son propre rôle en perspective, qu'il ne faut pas toujours se prendre trop au sérieux. Continuez à marcher sur les petits cailloux, c'est comme ça qu'on appelle ça chez moi. Et c'est aussi ce que Paul nous rappelle dans Romains 12. Il écrit " ...) que vous ne devez pas vous élever au-dessus de ce que vous pouvez justifier, mais que vous devez penser à vous avec sagesse ". Et, autre citation : " (...) considérez l'autre plus haut que vous". Et pour ceux qui n'ont pas encore compris, il y a aussi cet appel très littéral : " (...) ne soyez pas arrogant, mais encouragez-vous à être modeste ".

En bref, la réponse de Paul à la question de savoir ce qu'est une bonne vie, contient une sorte d'effet Droste. Une bonne vie est une vie qui a un sens dans la vie des autres. Nous n'existons pas sans un autre. Et ce que je trouve le plus séduisant dans cette conclusion, c'est la réponse de Paul à la question de savoir ce qu'est une vie ratée. Ou mieux : à la question de savoir si une vie ratée existe. Je vous le dis franchement : tout en moi résiste à cela. En tant qu'homme de foi et en tant que libéral. Parce que cela signifierait que nous radions des gens, et cela ne correspond pas à la société que nous avons.

Bien sûr, il y a des gens qui n'ont pas de chance dans la vie, qui sont touchés par une maladie, un accident ou une autre calamité. Des gens qui ne parviennent pas à se faire une place dans la société de l'information numérique qui exige de plus en plus de nous. Des personnes qui, pour une raison quelconque, ont besoin d'aide et qui, heureusement, la reçoivent dans notre pays. Mais cela ne dit rien du tout sur ce qu'ils signifient dans la vie de leurs parents, enfants, amis, voisins, collègues. Exceptions mises à part, tout le monde représente quelque chose pour quelqu'un. Tout le monde est quelqu'un qui est aimé. La vie de chacun est donc importante. J'en suis profondément convaincu. 

Et enfin, voici ce que je veux dire aujourd'hui. Alors que le coronavirus nous confronte à notre propre petitesse et vulnérabilité, le rôle important des églises devient encore plus évident. 

Breton PlaqueEt puis je reviens à ce mot d'unité dont j'ai parlé au début. Cette période me rappelle la plaque que John F. Kennedy avait sur son bureau dans le bureau ovale. Il y avait dessus cette phrase d'une vieille prière de pêcheurs bretons : " Oh Dieu, ta mer est si grande et mon bateau si petit ". L'original peut encore être admiré à la bibliothèque présidentielle Kennedy à Boston. Ce sentiment indéterminé de cette grande mer sera reconnaissable pour beaucoup de gens pendant la crise du Covid-19. Car où cela s'arrête-t-il ? Les églises peuvent interpréter cela. Dans l'église, on se sent : on n'est pas seul dans ce petit bateau, on est dedans ensemble, et dans l'histoire,  on a vécu pire. Nous sommes donc également en train de surmonter cette période. Et je ne pense pas que nous puissions entendre ce message assez souvent ces jours-ci. 

Mesdames et Messieurs, j'ai bien peur de ne pas pouvoir vous apporter  une réponse définitive à la question de savoir ce qu'est une bonne vie. Mais j'espère que vous ne vous attendiez pas à cette réponse. D'après ce que j'ai dit, il est clair que pour moi, tout est question d'égalité et d'unité. Il s'agit de la connexion inspirante dans la société, c'est-à-dire en nous, les gens, qui contribuons tous à ce que le tout devienne plus que la somme de ses parties. 

Une bonne vie n'est donc pas nécessairement une vie religieuse. Ce serait très présomptueux et formulé beaucoup trop brièvement. Mais en ce qui me concerne, j'ose dire que la foi me rend plus grande et plus profonde. Cela m'aide simplement à voir un peu plus loin et - espérons-le - à faire le plus possible le bien dans ma propre vie. 

 

Mark Rutte est premier ministre du gouvernement néerlandais depuis 2010.

Texte original sur le site du gouvernement néerlandais (en néerlandais), traduction par DeepL, corrections et améliorations par AAvdL.
Crédit images: 1: https://www.kloosterkerk.nl/bemoediging-van-de-premier/; 2. https://unmiraclechaquejour.topchretien.com/dieu-veut-changer-vos-cabitudes/; 3. https://www.jfklibrary.org/asset-viewer/breton-fishermans-prayer-plaque


Nos derniers articles en relation avec Dieu