Accueil | Contactez-nous | Lieux de culte | Agenda

Ce jeudi matin, veille de jour férié et non des moindres (le 1er mai !), il est temps pour moi de faire le ménage ! Oui, faire le ménage, au sens propre ! Tâche ingrate qui ne m’a jamais passionnée mais nécessaire pour rendre ma maison accueillante, agréable, douillette. Et c’est parti pour la chasse aux moutons. 

mhb2020C’est alors que je me souviens des travaux menés avec le Conseil national de l’Eglise réformée au début des années 2010 : « Ecoute ! Dieu nous parle… (avec des points de suspension et sans guillemets fermés s’il vous plait)

Je recherche l’ouvrage dans ma bibliothèque avant de brancher mon aspirateur et je retrouve cette proposition du pasteur Ariane Massot, intitulé : « Spiritualité et taches ménagères ».
Je vous la livre ici :

Et si les gestes les plus simples et parfois les plus pénibles de la vie domestique pouvaient être l’occasion d’une conversation avec Dieu ? Dieu nous parlerait-t-il même dans les tâches ménagères ? Prier… et faire le ménage en même temps : cela paraît choquant ! Mais faire le ménage… et prier en même temps ? Une proposition originale pour une spiritualité incarnée !

De quoi s’agit-il ?
Cette fiche contient quelques propositions pour favoriser l’intégration de la vie spirituelle à la vie quotidienne et matérielle. Son objectif est de transformer ce qui peut être vécu comme une corvée en lieu de ressourcement, pourvu que la santé de ceux et celles qui s’y consacrent leur permette une activité physique.

Cette fiche donne des recettes à essayer, non pas un plat préparé tout prêt. Il faut mettre la main à la pâte et laisser le temps de la « levée » et de la cuisson pour savourer le goût de l’expérience (et en ce moment, du temps, nous en avons !)

Vous trouverez deux types de propositions :

– Exercices à vivre dans le secret du cœur ou du journal intime, avec une Bible ouverte :

Décider à l’avance combien de temps on souhaite consacrer à chaque étape (entre 30 et 60 minutes). S’organiser pour ne pas être distrait par le téléphone.

Lire Luc 10, 38-42. Jésus en visite chez Marthe et Marie.

Imaginer la scène : la maison, le mobilier, les plats et leurs odeurs, les vêtements. Quel rôle voudrais-je jouer si je participais à une mise en scène ? Que dirais-je, à qui en pareille situation ?

Dans mon rapport aux tâches ménagères, suis-je plutôt inquiet, agité, toujours sur la brèche, ou est-ce que je laisse facilement le travail à d’autres, quitte à ce que rien ne se fasse ? Réfléchir en soi-même.

Conclure en s’adressant à Jésus, faire le point. Lui parler « comme un ami parle à son ami » et mettre en pratique les conclusions que je tire de cet entretien.

Lire Luc 6, 31. « Jésus dit : tout ce que vous voulez que les gens fassent pour vous, faites-le de même pour eux. »

Comment j’entends cette parole face au ménage à faire chez moi ? Cette parole m’aide-t-elle à me mettre au travail ? Pourquoi ? Est-ce que je ressens de la colère ? Envers qui ? Pourquoi ? Est-ce que je ressens de la joie ? De la honte ?

Dans la prière, dire à Jésus ce que je ressens. Faire silence. Demander qu’il m’inspire une juste compréhension de ce commandement, et le courage de le mettre en pratique. Rendre grâce pour le temps passé ensemble.

Quelques suggestions à mettre en œuvre tablier noué, balai en main, pour faire des moments de ménage des moments d’intimité avec Dieu :

– Avant de commencer, demander à Dieu de me garder dans la joie, la simplicité et la miséricorde pendant le travail. Nourrir cette attitude au cours des travaux.

– Être attentif à ma respiration, à mes mouvements, à mes os et mes muscles – c’est moi qui fais le ménage, je suis présent à moi-même.

– Chanter, intérieurement ou à haute voix, un cantique, un refrain simple. Mettre une musique qui m’aide à rester dans la louange.

– Se réjouir de l’avance, plutôt que de se plaindre de ce qui reste à faire.

– S’émerveiller de la lumière, de la beauté et de la vitalité de ce qui m’entoure, ou que je suis en train de rétablir : partager la joie de Dieu qui vit que sa création était bonne.

– Ne pas chercher à tout maîtriser : l’ordre de la création comporte du désordre.

– Se donner une limite dans le temps, prévoir des moments de pause afin de ne pas s’essouffler : Dieu aussi se reposa.

– Si j’estime que l’ampleur de la tâche qui m’incombe est injuste, admettre la colère envers la ou les personne(s) qui ne prend pas sa part, puis réfléchir à une manière constructive de rétablir l’équité.

– Être conscient que mon environnement influence mon état d’esprit, et vice-versa. Faire des choix en assumant ma responsabilité dans l’aménagement de mon lieu de vie : responsabilité envers ceux qui partagent le même toit, dont moi-même, et envers l’environnement au sens large.

– Après avoir rangé les outils, rendre grâce pour le temps passé ensemble et pour avoir pu accomplir la tâche. Demander à être gardé dans la joie, la simplicité, la miséricorde, selon l’Evangile.

Voilà, vous êtes désormais satisfait de cette conversation avec Dieu et votre maison sent incroyablement bon. Demain, vous pourrez en toute sérénité savourer la fête du travail !

Marie-Hélène Bonijoly, le 30 avril 2020
(repris du site de l'Église Protestante Unie de Nîmes: Parole du jour)


Nos derniers articles en relation avec Dieu